195959

Avertir le modérateur

14/02/2010

les regionales

quand un gouvernement est en place , il ne deteste pas gagner les elections intermediaires car d'abord elles peuvent conforter ou au contraire desavouer mais elles donnent quoiqu'il arrive la temperature ambiante . nicolas sarkozy est parti bille en tete dans les regionales, il disait lui meme qu'en tant que chef il se devait d'etre en tete du mouvement , qu'il arretait l'hypocrisie d'un president au dessus des parties etc etc.. sauf qu'en quelques semaines, voire meme quelques jours, le chef de l'etat c'est tres vite calme sur le sujet car les sondages montrent surtout que si l'UMP est bien en tete au premier tour, la gauche est bien en mesure de remporter les elections regionales... et là, machines arrieres toutes, on deplace vers le premier ministre la responsabilite de l'election, on fait en sorte que le chef de l'etat annonce clairement a la tele avec la complicite de laurence ferrari que nous avons tous mal compris et que le chef de l'etat ne sera en rien responsable du futur resultat car il est au dessus des parties comme avant.. sous entendu , l'hypocrisie continue mais là, il le dira pas.alors la france aujourd'hui c'est 95% de regions a gauche autant dire qu'il est quasi impossible de refaire ce coup la, mais meme si une region supplementaire tombait a droite , xavier bertrand expliquera que c'est bien la preuve du bien fonde de la politique du gouvernement. par contre, et c'est pas totalement exclu, si toutes les regions française sont a gauche ou si une region supplementaire tombe a gauche, c'est à dire si l'impensable se produit, il faudra juste conclure toujours pour le bon xavier bertrand que le gouvernement doit encore expliquer sa politique et les reformes. le seul probleme qui sera en fin de compte a surveiller apres cette election, c'est l'elan social que le scrutin peut donner . nous arrivons a un point de l'annee sensible car le primptemps est proche, le mecontement enfle , les problemes s'accumulent et les forces de contestations peuvent vite decupler sous le poids des problemes et la perspectives des beaux jours.avec un president qui annonce clairement les choses, "j 'ecoute , j'ecoute l'opposition mais j'en tiens pas compte " on a vite compris la facon dont le president concevait la democratie... a force de repeter que l'opposition n'a pas de programme au point que certains esprits etroits de l'UMP en sont persuades et le repetent beatement  , on peut avoir de fortes craintes que le calme sociale actuel ne soit que temporaire . si nous regardons autour de nous, la grece , l'espagne et le portugal vont sans doute etre tenus d'annoncer des reformes difficiles et les peuples sont ils prets a les entendre sans broncher. la france va aussi annoncer des mesures drastiques , retraite mais ausi impots ou taxes nouvelles car 2013 a moins de 3% de deficit, c'est quand meme un pari ose au regard de nos resultats... nous ne sommes pas tres differents des 3 pays cites , pas fondamentalement mieux places et pas plus rigoureux qu'eux depuis des lustres.. alors , le president a pris le recul necessaire avec les futurs resultats des elections pour ne pas etre eclabousser mais son discours tiendra t'il malgre cela , c'est a voir.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu