195959

Avertir le modérateur

04/03/2015

chere madame elise lucet...

l'emission hier de elise lucet sur France 2 était passionnante mais.. car il y a un mais.

nous français avons une sous culture economique et nous considérons totalement mauvaise l'action de la bourse et des actionnaires. sauf que l'actionnaire permet a l'entreprise de progresser , d'investir en prenant certes un risque ce qui lui vaut de prendre un benefice parfois. la confusion de base est surtout de confondre actionnaire stable et predateur. le predateur se fiche de l'entreprise, des employes et meme de son marche. il veut vite faire du fric et prendre un benefice coute que coute. imaginons que nos entreprises appartiennent en grande partie aux employes et a des actionnaires Français . le predateur se dirige lui vers des capitaux mal tenus, ou des beficits. c'est le meilleur moyen de faire de grosses plus values. ce qui veut dire , que plus la capitalisme familial est actif , moins les money makers a court terme seront actifs. l'actionnaire Français a un espoir et la plupart souhaite la meme chose :un rendement stable et constant. la plupart des actionnaires sont des actionnaires a moyen terme ( 5ans ) et longs termes ( plus de 5 ans..) il est pas condannable mais devrait etre encourager. pas forcement par l'etat mais sous la forme de formation au capitalisme chez les Français.le predateur lui est sur le tres court terme. il ne faut jamais confondre les deux attitudes. elles sont diametralement opposees.  

dans l'emission on voit des maitresse d'ecole et des profs canadiens tous adherent d'un fond de pension pour leur retraite qui réagissent au rachat puis a la vente de la societe Samsonite .ce fond de pension a gagner beaucoup d'argent dans l'affaire et peut donc distribuer aux adhérents des retraites confortables.si la France avait ses fonds de pension dont la vocation premiere consiste a valoriser les investissements pas forcement de depouiller les ouvriers français... les fonds souverrains ne sont guere l'egion en France alors que nos entreprises ont besoin d'argent et se laissent donc tenter par des capitaux hors europe. c'est perdre un certain sens de notre liberte. quand l'entreprise est sous pavilllon us ou australien, nos demandent sur le territoire se perdent dans le distance entre l'investisseur et la societe . l'exemple de General electrique avec Alsthom va encore une fois le demontrer. c'est notre facon de gerer l'argent et les benefices qui nous conduisent sans arret a etre ou a devenir le dindon de la farce a chaque fois.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu